COMMENT DEVENIR OUVRIER PAYSAGISTE

0
60

I – Définition du métier

L’ouvrier paysagiste est chargé et responsable de l’organisation et de la mise en place des végétaux sur un terrain. Il doit se plier aux contraintes des plans dessinés par l’architecte paysagiste. Il participe également à l’entretien des zones de verdure.

L’ouvrier paysagiste a pour but d’embellir et d’entretenir les espaces verts publics. En suivant les ordres d’un paysagiste ou d’un architecte urbaniste, il sait comment organiser les plantations grâce à  un sens aigu de l’esthétique dans le but d’harmoniser les couleurs et les végétaux pouvant cohabiter.

II – Principales tâches de l’ouvrier paysagiste

Le travail de l’ouvrier du paysage s’articule en trois temps: l’aménagement, la plantation puis l’entretien des espaces verts.

Les principales tâches de l’ouvrier paysagiste sont les suivantes :

  • Préparer les sols et effectuer le semis pour offrir le meilleur développement possible aux futures plantes (fleurs, pelouses, gazons, arbres…).
  • Entretenir et harmoniser l’espace. Cet entretien consiste en la tonte, la taille, l’arrosage ainsi que la protection des plantes par des bâches, tuteurs, etc
  • Effectuer des travaux de maçonnerie, plomberie et électricité lorsqu’il doit aménager les zones vertes dans les poses de dalles, d’arrosages automatiques, de spots lumineux ou même de jeux pour enfants.
  • Travailler en plein air et par tous les temps au sein d’une équipe d’ouvriers du paysage.
  • Garantir la sécurité car l’ouvrier paysagiste manipule divers outils potentiellement dangereux pour lui et les autres (taille-haie, cisaille) mais également pour l’environnement (engrais).

Le fait qu’il puisse être amené à  travailler en hauteur participe à  cette prise de conscience sécuritaire.

III – Qualités et compétences requises

Pour devenir ouvrier paysagiste, il faut avoir certaines aptitudes et développer des compétences :

·      Un sens poussé de l’esthétique : Pour rendre un lieu agréable, il est nécessaire que règne une certaine harmonie au sein des massifs, taillis et arbustes. Le but principal étant bien sûr de plaire aux utilitaires du lieu.

·      Une connaissance complète des végétaux est une obligation.

·      Minutie et force physique sont deux capacités complémentaires que l’ouvrier paysagiste se doit de posséder.

·      Être patient et organisé car travailler avec les végétaux est souvent délicat.

·      Avoir une force car le travail en plein air, qu’il pleuve ou qu’il vente, nécessite une bonne condition physique.

·      Il peut également être amené à soulever de lourdes charges.

·      Il doit avoir la capacité de travailler en équipe car il travaille rarement seul.

·      Il ne doit avoir aucun mal à se soumettre à la contrainte car ce n’est pas lui qui décide de l’organisation de l’espace mais les paysagistes : son rôle est donc de suivre les plans et non pas de les concevoir.

IV – Formation

Pour bien exécuter le métier de d’ouvrier paysagiste, il est utile de préparer un des diplômes suivants :

  • CAPA Travaux paysagers ou entretien de l’espace rural durant 2 ans dans un lycée professionnel ou agricole. On apprend ici à  créer et entretenir un jardin ainsi que la maîtrise des outils indispensables à  cet entretien.
  • BEPA ou un BTSA.
  • BP travaux paysagers.
  • Si l’on choisit la spécialisation CS, le travail de jardinier d’espaces verts se tourne plutôt vers l’entretien des terrains de golf ou de sport.
  • Si l’on possède une autre formation agricole, l’accession au métier d’ouvrier du paysage n’est pas impossible.

Il est à  noter que la grande majorité de ces diplômes peuvent être obtenus en alternance.

V – Que faire à présent

Pour lancer son activité en indépendant, il faut :

  • Distribuer les flyers, les prospectus et les cartes de visite.
  • L’affichage publicitaire : magasins du quartier, taxis, immeubles…
  • Participer aux salons pour les Professionnels et les Particuliers pour se faire connaitre.
  • Utiliser le mailing.
  • Avantager le “bouche-à-oreille”.
PARTAGER

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE